La réglementation environnementale

La société Godin développe continuellement son niveau de Qualité pour vous garantir un produit irréprochable donc digne de la notoriété de notre marque.
Tous nos appareils de chauffage et cuisson sont certifiés par des organismes indépendants. 

Notre sélection d’inserts, poêles, cheminées, cuisines, appareils de cuisson et de chauffage, répond aux dernières normes en vigueur. Ils respectent, tous, les critères de la flamme verte, de la norme RT2012

Nos gammes s’actualisent sans cesse et anticipent déja en recherche et développement et en ateliers de production les exigences prochaines de la RE2020 ou de la norme ECODESIGN 2022.

GODIN : UNE MARQUE LABELLISÉE FLAMME VERTE : 

Sa vocation : promouvoir des appareils de chauffage au bois, poêles, inserts, cuisinières, performants et respectant l’environnement. Le label Flamme Verte a été lancé en 2000 par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), et certains fabricants d’appareils domestiques. Entreprise Godin signataire de la charte Flamme Verte, seul organisme à réaliser des contrôles réguliers des produits, s’engagent à mettre sur le marché des appareils de cuisson et de chauffage dont la conception répond à une charte de qualité exigeante en termes de rendement énergétique et d’émissions polluantes (émission limitée de particules fines). Géré par le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), Flamme Verte labellise les appareils domestiques de chauffage au bois : inserts, poêles, chaudières et cuisinières.

Consulter le site dédié

 

shutterstock_419496319
unnamed (22)

Les conseils Godin RT2012 

Pour installer un insert, un poêle à bois ou à granulés en chauffage principal, les exigences sont les suivantes :


> Une étanchéité des produits grâce à une arrivée d’air canalisée,


> Une puissance adaptée à la surface de l’habitation,


> Une combustion qui puisse être régulée automatiquement.

 

Découvrir le site du gouvernement

ECODESIGN 2022 LES POELES GODIN SE PREPARENT 

La norme européenne Écodesign 2022.

Dès 2015, les pays européens ont montré leur volonté de mettre en place des directives favorisant les produits conçus dans le respect de l’environnement. Après avoir insisté sur les performances énergétiques, la norme Écodesign a imposé un marquage spécifique des appareils. La prochaine étape, en 2022, consiste à ajouter des niveaux de performance écologiques que l’ensemble des équipements de chauffage devra atteindre.

Nouveautés de la réglementation Ecodesign 2022.

Le marquage CE, qui existe depuis de nombreuses années, assure aux consommateurs que les appareils qui le portent ne peuvent occasionner de risques dans le cadre d’une utilisation normale. La norme Écodesign 2022 apporte de nouvelles informations aux particuliers :

> sécurité accrue : certaines technologies obsolètes ne pourront plus être utilisées comme par exemple les foyers ouverts.

> économies d’énergie : puisque les équipements de chauffage devront avoir de meilleurs rendements énergétiques, ils seront plus économes en combustible.

> facilité de comparaison : comme l’étiquette devra être présente sur tous les appareils d’une même catégorie, il est alors plus simple de comparer leurs performances respectives.

> impact écologique positif : les appareils seront également moins polluants.

Lorsque la règlementation Écodesign entrera en vigueur, de nouvelles informations seront fournies :

> des données écologiques supplémentaires : la quantité de polluants potentiellement dangereux pour les êtres vivants et ou l’environnement tels que l’oxyde d’azote, le monoxyde de carbone, les composés organiques gazeux…

> des rendements énergétiques prenant en compte les impacts environnementaux et la variation de consommation d’énergie selon la période d’utilisation : l’efficacité énergétique saisonnière ETAS (pour les chaudières notamment) et le coefficient de performance saisonnier SCOP (pour les PAC) définissent le rendement énergétique sur une période de temps donnée.

Une note sera également attribuée à chaque appareil et dépendra de plusieurs facteurs :

> rendement énergétique
> puissance thermique
> nature du combustible utilisé
> taux d’émissions de substances polluantes en fonctionnement réel
> distances de sécurité nécessaires selon le combustible utilisé

RE2020 : intégration de la notion « d’empreinte carbone »

Prochainement, la RT2012 cédera sa place à la RE2020 : elle s’imposera aux constructeurs de maisons individuelles sous la forme d’un label E+/C- qui s’articulera en deux axes :
« E » comme « Énergie » : l’idée est de réduire la consommation d’énergie au sein des maisons individuelles, et de faire en sorte à terme que la maison soit auto-suffisante (capable de produire la quantité d’énergie dont le foyer a besoin).
« C » comme « Carbone » : c’est un point-clef de la réforme, qui consiste à évaluer l’empreinte carbone du bâtiment et des aménagements paysagers tout au long de son cycle de vie.

On utilise 2 échelles d’évaluation :
> Energie niveau 1 (peu ambitieux) à 4 (maison autonome)
> Carbone niveau 1 à 2 (faible impact environnemental)

Si les modes de calcul sont encore aujourd’hui en cours d’élaboration par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, et plus particulièrement la DHUP (Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages), ses conditions devraient être restituées prochainement.

Le confort et la qualité de l’air intérieur sont enfin pris en compte !

Les étés et mi-saisons toujours plus chauds sont à l’origine d’attentes très fortes des habitants sur leur confort intérieur, quelle que soit la région où ils vivent. La RT2012 n’a jamais réellement pris en compte ce critère dont la définition remonte à la RT2005 (TIC : température intérieure de confort). La RE2020 va introduire un nouvel indicateur plus proche du ressenti réel lié aux risques de surchauffe à l’intérieur du logement : la DIES (Durée d’Inconfort d’Eté Statistique).

https://www.ecologie.gouv.fr/re2020-nouvelle-etape-vers-future-reglementation-environnementale-des-batiments-neufs-plus